Créateur d'entreprise dans le tourisme

Formule destinée aux créateurs d’entreprise

Notre formation pour les créateurs ou repreneurs d’entreprise dans le Tourisme est accessible via un parcours de formation à la carte adapté à votre projet et à vos objectifs.

  • La durée de formation est 15 jours au total : 10 jours de formation au choix + 3 jours de formation dédiés à la création d’entreprise + 2 jours de coaching.

Exemple de 10 jours de formation que nous recommandons (choisissez ceux qui vous intéressent dans notre catalogue) :

Formation Créateur d’Entreprise

POUR QUI ?

À toute personne souhaitant :

  • créer son entreprise dans l’Industrie du Tourisme et des Voyages
  • reprendre une entreprise dans l’Industrie du Tourisme et des Voyages
  • obtenir des compétences dans le cadre d’une reconversion professionnelle assez rapidement

OBJECTIFS

  • Avoir une vision globale de l’Industrie du Voyage telle qu’elle est à ce jour : complexe et multicanal : offline, online, média sociaux, mobile…
  • Apprendre à se positionner dans cette nébuleuse Voyage avec les acteurs offline mais aussi online et mettre en place une stratégie de développement pertinente
  • Devenir expert des spécificités des produits du Tourisme et des Voyages
  • Appréhender les “best practices” du secteur Loisirs et du secteur Affaires
  • Comprendre l’enjeu d’une agence de voyages « connectée » : quel outil pour quelle stratégie ?
  • Déchiffrer les compétences de chaque métier pour mieux se positionner dans son environnement professionnel

PACK CRÉATEUR ENTREPRISE

Il comprend :

  • 3 jours de formation dédiés à la création d’entreprise (réglementation du tourisme, bonnes pratiques de la création d’entreprise et gestion d’entreprise).
  • 10 jours de formation au choix dans notre catalogue
  • 2 jours de coaching au projet

DURÉE DE LA FORMATION

La durée de formation est 15 jours au total : 10 jours de formation au choix + 3 jours de formation dédiés à la création d’entreprise + 2 jours de coaching.

TARIFS ET LIEUX

  • 3 750 € HT
  • Formation sur Paris & Aix en Provence

FINANCEMENTS

Via Pole Emploi ou CPF

Toutes nos formations professionnelles sont certifiantes.

Demande de contact

Vous souhaitez avoir des renseignements, déposez votre dossier ou nous rencontrer, laissez-nous vos coordonnées, Élodie vous recontactera.

EN BREF…

Modules de Formation

Il faut choisir 10 modules de formation Tourisme dans notre catalogue de formations courtes et suivre 3 jours de formation dédiés à la création d’entreprise

Coaching

Et 12 heures de coaching sont également proposées au stagiaire

TÉMOIGNAGES

  • Le e-marketing permet de toucher à beaucoup de leviers en même temps « Ce profil de poste a évolué depuis ces dernières années. Il requiert de plus en plus, suivant les produits, une expertise technologique et fonctionnelle, en plus des connaissances métiers spécifiques à chaque industrie.

    Sa principale tâche est de définir le cahier des charges du/des produits, assurer le suivi avec le client et comprendre ses besoins, gérer la feuille de route en cohérence avec la ligne stratégique du GDS. Ensuite c’est à lui de s’assurer du retour sur investissement de sa mise en place. C’est donc un poste à responsabilités multiples.

    Moyennant quoi, c’est un métier absolument passionnant. Dans un grand GDS comme Amadeus, il peut vous mener, comme c’est mon cas, à travailler sur des projets internationaux impliquant de grands challenges. Ceci dit, il demande des capacités d’adaptabilité à toute épreuve. Aussi bien aux cultures internationales qu’aux spécifications multiples du métier : étude de marché, rapports humains, expertise, consulting, négociation.

    Plus vous ajoutez de compétences à votre expérience, plus vous serez à même de communiquer avec les décideurs et responsables projets. Pour progresser, il est bon aussi de s’approprier des compétences en Gestion de Projet et financière.

    Au final, ce genre de poste ouvre les portes de nombreuses autres fonctions, et si vous démontrez une volonté de vous perfectionner en permanence, une capacité à aller au-delà des attentes et à l'excellence, l’évolution de votre carrière peut être rapide. »

    Tran Dzien Nguyen
    Tran Dzien Nguyen UX Manager chez Amadeus (promotion 1999)
  • Le Revenue Management, ce n’est pas un mais des métiers passionnants ! « Il y a deux manières de devenir analyste yield/Revenue Management chez un TO. Soit on a une expérience du secteur touristique et on apprend les techniques du yield, soit on vient d'une école où l'on a appris le Revenue Management dans son ensemble et on applique ses techniques à un univers que l'on découvre mais dont on peut tout apprendre sur le terrain. De toutes manières, chacun doit pouvoir s'adapter au TO pour lequel il travaille.

    Dans l'équipe que je supervise, j'ai souhaité les deux profils. Ils sont complémentaires. Certains ont été formés par l'ESSCA d'Angers qui possède dans son master un module spécifique RM, et qui est un bon vivier de diplômés pour les grandes entreprises de tourisme ; d'autres, comme moi, par l'ESCAET d'Aix-en-Provence plus spécialisée en management des entreprises du tourisme.

    Nous aurions pu aussi recruter des gens issus du domaine de la gestion, des statistiques, de la finance, des achats. Mais entre plusieurs candidats équivalents, je privilégierai celui qui a une expérience dans le tourisme. Certaines grosses entreprises comme le ClubMed ou la SNCF possèdent des outils informatiques pointus dont l'analyste paramètres les données, ajustent les recommandations, extraient des statistiques pour les analyser. C'est plus proche de ce qu’on peut apprendre dans une école.

    Dans des entreprises de taille moyenne comme Look Voyages, chaque analyste gère l’ensemble du process pricing/commmercialisation de plusieurs destinations très différentes avec plusieurs outils continuellement développés en interne. La réactivité est la clé du système avec des prises de décisions constantes. Il faut savoir gérer la pression, prendre des risques, être capable d'analyses à la fois macro et micro. Cela demande plus d'expérience de l’ensemble de la chaîne, production, marketing, informatique et un vrai travail relationnel avec l’ensemble des services de l’entreprise, mais apporte énormément d’intérêt au poste.

    C'est un métier très riche. Chaque saison est différente, chaque destination, chaque canal de distribution aussi, les imprévus se multiplient et les techniques de gestion s’adaptent en permanence, de même que les entreprises qui doivent le faire face à la crise... Depuis dix ans et deux entreprises, ce métier m’intéresse toujours autant, et je ne crois pas m’être ennuyée une seule minute ! »

    Patricia CAUTAIN
    Patricia CAUTAIN Responsable Pricing et Revenue Management chez Look-Voyages (promotion 2001)
  • Il faut innover et aller là où les concurrents ne nous attendent pas. « Après l’obtention d’un DUT technico-commercial qui m’orientait entre autres vers le secteur bancaire ou celui de la grande distribution, je me suis réorientée et ai intégré une licence en management des activités hôtelières. J’y ai découvert les métiers de l’hôtellerie, des métiers de passion. Puis, après un stage en tant qu’assistante commerciale séminaires et banquets dans un palace à Monaco, je suis devenue moi-même passionnée par cet univers de l’hôtellerie-restauration.

    J’ai donc décidé de poursuivre dans cette voie et ai intégré l’Escaet pour deux années de formation supplémentaires. J’ai cependant une « philosophie » qui est celle de ne pas me mettre d’œillères. Ainsi, même très attirée par le domaine de l’hôtellerie, j’ai effectué en 1re année un stage en web marketing chez XL.com, l’objectif étant de garder les yeux ouverts sur tous les possibles. Puis, un second stage en 2e année, au sein d’une chaîne volontaire, Châteaux & Hôtels Collection, où je suis aujourd’hui responsable e-distribution.

    Ce poste est d’autant plus intéressant que nous vivons une époque de fusion avec une autre chaîne hôtelière Exclusive Hotels. Ce qui implique des missions qui évoluent en permanence sur tous les créneaux, loisir et corporate. Chez Châteaux & Hôtels Collection, il y a une vraie interaction entre le pôle e-distribution et les autres départements de l’entreprise : la réservation, le département e-commerce dans sa globalité, la comptabilité, cela rend mon métier passionnant.

    Le pôle e-distribution a la responsabilité de la commercialisation et de la visibilité web de ses adhérents. C’est une relation quotidienne que nous avons avec eux, ce qui nous permet de suivre et comprendre en temps réel les tendances, les attentes et l’évolution du marché. Aujourd’hui les hôteliers ne peuvent plus se permettre d’ignorer la distribution on line. Cette activité nous donne une vision pointue du marché de l’hôtellerie et cette expertise est actualisée en permanence.

    L’avantage est que cette expertise web du marché hôtelier peut tout à fait s’appliquer à un tout autre secteur d’activité, la grande distribution notamment, car les logiques de distribution restent, je pense, les mêmes.

    Pour envisager ce poste dans le tourisme, je dirais qu’il faut bien sûr être à l’aise avec l’outil informatique, avoir connaissance de la technologie et des outils de distribution (PMS, CRS, channel manager), mais aussi aimer le produit que l’on va commercialiser. Chez Châteaux & Hôtels Collection, nous travaillons au service de l’hôtellerie de charme, et c’est un produit qui me plaît. Je me projette souvent en tant qu’hôtelier, mais aussi en tant que voyageur, je me mets tout simplement à la place du client final.

    La e-distribution est un point central chez nous. Internet évolue constamment. Il faut innover et aller là où nos concurrents ne nous attendent pas. »

    Marion LINCK
    Marion LINCK Responsable e-distribution Châteaux & Hôtels Collection (promotion 2012)
  • « J’ai d’abord fait une prépa littéraire, suivie d’une licence histoire-géo. J’ai ensuite intégré l’Escaet d’Aix-en-Provence option Corporate Travel. Mes stages m’ont amenée chez Amex et Veolia, ce qui m’a permis d’avoir la double vision agence et client.

    Ça m’a beaucoup intéressée et du coup, j’ai rajouté un an d’études spécialisation achats, puisque le chargé de voyages est rattaché à la direction des achats dans une entreprise. Je travaille depuis chez Geodis.

    En ce moment, dans le cadre d’une implémentation, je négocie les contrats au niveau du groupe en tenant compte des contraintes particulières identifiées. Ce suivi administratif représente presque 75% de mes tâches actuelles.

    On peut devenir chargé de voyages avec un bac+4 minimum, mais il faut avoir un bon feeling commercial, beaucoup de diplomatie et de la ténacité. Car il faut savoir convaincre aussi bien les prestataires extérieurs que les utilisateurs en interne. C’est un poste stratégique et à responsabilité. Le voyage est un domaine sensible et il faut arriver à conjuguer le confort des voyageurs et les gains potentiels pour la société.

    Ce qui me plaît le plus est le challenge, toujours renouvelé. Tout bouge tout le temps. Ce travail n’est pas plan plan. »

    Céline BARROIS
    Céline BARROIS Chargée de voyages pour le Groupe Geodis (promotion 2009)
  • « Je suis diplômé de l’Escaet d’Aix-en-Provence (bac+5) avec une spécialisation dans les technologies.

    J’ai fait un de mes stages chez Go Voyages il y a dix ans et j’y suis resté. Nous étions 2 au départ, nous sommes aujourd’hui 50. L’évolution d’internet est permanente. Si une société veut rester compétitive, elle doit s’y intéresser.

    La spécificité de ce métier est que si on est bon comme traffic manager dans le tourisme, on sera très bon ailleurs. Les acteurs du tourisme sont reconnus comme étant à la pointe sur ces problématiques.

    Aujourd’hui, on ne se pose pas la question de savoir quelle sera l’évolution d’un traffic manager dans une entreprise de tourisme, mais plutôt si tous les métiers du tourisme ne vont pas basculer vers les outils du web que maîtrise déjà le traffic manager.

    Il n’y a presque plus de secteurs qui ne soient pas liés au web. Tout le monde l’utilise aujourd’hui, à un moment ou un autre de sa journée. Les générations actuelles naissent avec.

    C’est un bouleversement incontournable, pour le monde du tourisme comme pour les autres.

    Mais je précise qu’il faut avant tout aimer les chiffres, et aimer les manier en grosses quantités, sinon inutile d’approcher ce métier. »

     Frédéric PILLOUD
    Frédéric PILLOUD Directeur du développement internet chez Go Voyages (promotion 2001)
  • « J’ai commencé par deux ans en BTS tourisme, puis trois ans à l’ESCAET.

    J’ai compris très vite l’importance des solutions technologiques, et au fil des stages, j’ai développé des solutions pour les voyages d’affaires. Je suis entré chez Inter-Hotel il y a 3 ans et demi.

    A l’époque, un petit volume d’affaires transitait par le call center, mais le système fonctionnait assez mal. Nous en avons changé. Aujourd’hui nous relions les hôtels de notre groupe à plus de 20 interfaces. Mon rôle est de proposer cette connexion aux hôtels du réseau, sachant qu’ils sont à présent 550, avec la création de P’tit Dej Hotel et de Qualys-Hotel, et la fusion récente avec les Relais du Silence.

    C’est une coopérative où chaque hôtelier est indépendant et décide de ses propres actions. Je suis donc amenée, entre autres, à gérer les promotions, à intervenir sur les bugs, et parfois sur le fonctionnement de la structure. On ne s’ennuie pas, chaque jour est différent.

    Pour choisir ce métier, je recommande la patience et la persuasion, car la partie technologique n’est pas forcément la tasse de thé d’un hôtelier. Il est surtout indispensable d’être pointu sur le fonctionnement d’internet et des nouvelles technologies, et d’avoir un bon esprit d’analyse. Un bac +5 me semble nécessaire, mais si on trouve un bon stage, on peut se former sur le tas en alternance avec un BTS. »

    Audrey MOTARD
    Audrey MOTARD Account Manager chez Interhôtel (P'tit Dej-HOTEL – Qualys-Hotel) et les Relais du Silence (promotion 2008)
  • « À 25 ans, c’est mon premier job. J’ai un BTS Tourisme et un MBA de l’Escaet.

    J’ai fait mon stage de fin d’études chez Club Aventure, qui fait partie du groupe Géophyle, et l’opportunité s’est présentée de rester dans le groupe. Ça tombait bien, je suis attiré depuis toujours par l’univers des avions et l’ambiance des aéroports.

    Ce qui me plaît bien dans ce métier, c’est la gestion de stocks. Sur les destinations dont j’ai la charge, en relation avec le chef de production, après la réservation pure via les GDS, je gère les engagements, achats, rétrocession. J’ai un peu le rôle de veilleur, d’alerte quand les allotements ou les délais sont problématiques. Personnellement, je suis rigoureux et très organisé. Il faut l’être, selon les périodes, la charge de travail est lourde. Il faut savoir gérer les priorités.

    Ici, en m’imprégnant de l’expérience des collègues, j’apprends aussi le sens du relationnel, surtout quand il s’agit de négocier avec les compagnies si une boulette a été faite. Mais la part de risque est stimulante. Même si je vais devoir apprendre à gérer le stress. Techniquement, j’ai la chance de faire partie de la génération qui est presque née avec la technologie. C’est important, je crois, parce que nous devons faire évoluer en permanence les outils de travail, face aux agences en ligne qui doivent nous inspirer.

    Pour l’avenir, mon poste peut évoluer, le groupe offre beaucoup d’opportunités. Pas forcément en restant dans l’aérien, l’expérience de gestionnaire de vols est une corde de plus pour bien connaître le métier global. Mais pour le moment, mon premier bilan est plus que positif. »

    Romain BARBER
    Romain BARBER Gestionnaire de vols pour le groupe Géophyle (promotion 2011)
  • Ce ne sont que quelques exemples… Il y en a tellement d’autres !! Nous vous invitons à les retrouver sur Linkedin.

    L'Équipe Escaet
    L'Équipe Escaet
  • Je remercie l’équipe pédagogique de l’ESCAET pour son implication et son dévouement à transmettre un savoir de qualité. Sans l’ESCAET, je n’aurais clairement jamais pu arriver aussi vite à ce stade, notamment en ce qui concerne le secteur du Corporate. Il n’est jamais facile d’avoir confiance en une formation mais avec le recul d’une année à l’ESCAET (je comprends également l’opportunité de stage), je peux affirmer que j’ai pleinement confiance pour les 2 années prochaines. J’aimerais remercier les formateurs pour leur présence, leur patience ainsi que leur implication.

    Sophie MBA International Travel Management - spécialité Corporate Travel
  • Grâce à l’ESCAET et aux professeurs qui m’ont encadrée et aidée dans mes recherches, j’ai fait mon stage au sein du service presse d’Atout France UK & Ireland, en tant qu’assistante attachée de presse.

    Charlotte MBA International Travel Management - spécialité Corporate Travel