4 informations à connaître avant de créer son entreprise

“Créer son entreprise ne s’improvise pas ! Très codifiée au niveau réglementaire, comptable, mais également technique, l’industrie du tourisme demande un véritable éclairage. Afin de construire correctement son projet et de sécuriser la démarche entrepreneuriale, il faut se poser les bonnes questions. Le point avec Laurie Larchez, directrice partenariats et développements à l’ESCAET.

1 – Connaître ses droits et devoirs

4 informations à connaître avant de créer son entreprise

Il ne suffit pas d’organiser les séjours de ses amis et de sa famille ou d’aimer voyager pour se lancer dans cette activité.

« La base est de connaître le cadre réglementaire et comptable de l’activité d’un opérateur de voyages ! » insiste Laurie Larchez, directrice partenariats et développements à l’ESCAET.

Et cite en exemple, la transposition de la directive européenne sur le voyage à forfait qui a modifié notre code du tourisme et par conséquent les responsabilités chez de nombreux opérateurs. Il est important de connaître ses droits et devoirs.

« Le code du tourisme est très précis : le texte prévoit que toute personne physique ou morale qui vend ou offre à la vente doit être immatriculée », précise la responsable de l’ESCAET.

Il sera ensuite nécessaire de faire appel à un avocat spécialisé en droit du tourisme ou de se former pour connaître les subtilités du code du tourisme.

2- Gestion comptable

Laurie Larchez, directrice partenariats et développements à l’ESCAET. – DR ESCAET

« L’industrie du voyage a un régime spécifique, dit régime de la TVA sur marge. Chaque produit à une TVA différente, et varie également selon la destination UE ou HORS UE, explique Laurie Larchez. Trouver un comptable qui maîtrise ces spécificités et très difficile. Le chef d’entreprise doit comprendre ce système. »

L’application du régime de TVA sur marge exclut que l’on puisse déduire de la TVA que l’on paie sur les prestations entrant dans le prix de revient direct du séjour ou du voyage.

Le système de trésorerie peut lui aussi pousser à s’arracher les cheveux. Là encore, assimiler son fonctionnement est nécessaire.

Les distributeurs doivent être de très bons gestionnaires !

 

3 – Se faire accompagner

« En France, nous avons la chance d’avoir de nombreux dispositifs d’accompagnement à la création d’entreprise dans le tourisme », affirme Laurie Larchez.

Il existe des écoles de commerce spécialisées dans le tourisme qui propose un parcours pour créateurs d’entreprises. Les Entreprises du voyages et l’APST accompagnent également leurs adhérents. Ne pas oublier les CCI.

« Les porteurs de projets d’activité peuvent également pousser la porte des CCI ou des Régions. Enfin, il existe des incubateurs et accélérateurs dédiés au tourisme, à l’instar du réseau France Tourisme Lab, qui regroupe plusieurs structures, dont le Welcome City Lab et Provence Travel Innovation », complète Laurie Larchez.

« Plus on se fait accompagner, plus on a de visibilité sur les spécificités et options qui existent. Cela permet également d’évaluer les risques », assure-t-elle.”

 

Lire la suite sur TourMag

Articles récents