Le Club Publication Junior s’intéresse au monde de l’aérien

par
dans Non classé

Le rapprochement Xl Airways-La Compagnie vu par un ancien et une étudiante

Thibaud CIARAVINO, E-commerce Project Manager chez XL Airways 
diplômé MBA International Travel Management 2016
Djaizati AYOUBA, 
étudiante MBA2 International Travel Management, Corporate Travel

 

Djaizati :  Pouvez-vous nous présenter votre parcours professionnel à l’issue de l’Escaet ainsi que votre poste actuel au sein de la compagnie XL Airways ? Pourquoi XL Airways et pourquoi l’e-commerce ?

Thibaud :  Après mon MBA2 International Travel Management (spécialité Leisure), j’ai intégré le siège de la SEH (Société Européenne d’Hôtellerie) pour mon stage de fin d’étude en tant qu’assistant chef de projet web. Au terme de ces 6 mois, j’ai eu une proposition pour une création de poste en tant que chef de projet digital que j’ai acceptée. J’avais en charge les différents projets autour des sites web, application mobile ou encore l’implémentation du CRM Salesforce. Depuis août 2016, j’ai rejoint la compagnie XL Airways pour une nouvelle expérience dans le secteur aérien au sein d’une compagnie française ayant des prix attractifs. Je suis donc devenu Chef de Projet e-commerce en ayant la responsabilité de la bonne distribution sur le site web et mobile, et de plusieurs autres leviers d’acquisition web-marketing comme le display, retargeting, SEO, SEA, partenariats web et newsletters. Être au e-commerce chez XL signifiait travailler dans un environnement ultra-concurrentiel où la différence se fait principalement sur le digital. Le E-commerce était donc dans la suite logique de ma formation ESCAET. Le e-commerce est assez motivant car on peut voir directement les retombées d’une campagne ou d’une refonte de site à travers les chiffres. 

Djaizati : Depuis qu’elle a obtenu la propriété intégrale de ses actions en 2014, XL Airways était à la recherche active d’un partenaire notamment pour développer son activité long courrier. Un rapprochement avait d’ailleurs été envisagé avec Air France, pourquoi avoir finalement retenu La Compagnie ?

Thibaud : Cela s’est fait pour des raisons de modèles essentiellement. La Compagnie et XL Airways sont assez similaires. Les deux compagnies aériennes sont engagées dans le même concept commercial d’une offre agressive à bas prix. Il était donc plus logique et plus simple de se marier avec une compagnie de petite taille offrant une offre semblable.

Djaizati : D’un point de vue financier, comment se matérialise ce mariage entre ces deux compagnies aériennes ?

Thibaud : Dreamjet (Holding d’origine de la Compagnie) a racheté les actions de XL Airways. Nous parlons donc maintenant du groupe Dreamjet.
XL

Djaizati : Quelle est votre opinion sur ce rapprochement et quels sont selon vous les bénéfices attendus ?

Thibaud : Nous sommes vraiment aux prémices de ce mariage, donc nous n’avons pas encore concrètement d’impact au quotidien. Mais les premières réunions sont intéressantes notamment pour le e-commerce au niveau du partage d’expériences. On envisage de pouvoir mutualiser nos différents partenaires et établir des stratégies communes.

Djaizati : Pensez-vous que les deux compagnies pourront conserver leur marque et leur identité respectives ou l’idée de la naissance d’un nouveau concept de compagnie low-cost mixant long courrier, loisirs et affaires est-il inévitable ? 

Thibaud : A l’heure actuelle, les deux compagnies seront toujours distinctes bien que présidées par un seul et même président Laurent Magnin. Nous ne travaillons pas la même cible mais on envisage potentiellement d’offrir des produits ciblés et complémentaires sur l’axe Paris-New York.  Peut-être qu’à l’avenir, ce concept pourra s’élargir à d’autres routes. Pour l’instant on ne peut pas parler d’une compagnie mixant les deux clientèles, nous sommes juste le premier groupe aérien long courrier à bas prix.

Djaizati : Ce rapprochement vous positionne comme « premier groupe low-cost long courrier français », dans un marché très porteur comme le transatlantique qui subit une forte concurrence de toute part (Norwegian, Wow Air…), pensez-vous être mieux armé aujourd’hui ? Comment comptez-vous y faire face notamment en termes de stratégies e-commerce ? 

Thibaud : Oui, nous sommes mieux armés. Nous devenons un opérateur important sur New York avec en haute saison jusqu’à trois fréquences par jour dont deux en business. Cela vient renforcer nos désirs de lancer des campagnes sur le marché US afin d’attirer davantage de clients sur nos lignes New York/ Miami/ San Francisco/ Los Angeles – Paris. Nous lançons donc une campagne début février sur ce marché.

Djaizati : Y a-t-il une volonté de la part d’XL Airways de développer une offre affaires en s’alliant à un spécialiste du voyage d’affaires low-cost ?

Thibaud : Ce n’est pas à à l’étude pour le moment.

Djaizati : La Compagnie étant spécialisée sur la ligne Paris-New York, ce partenariat est-il une volonté de vous concentrer sur le marché américain et de vous y développer ?

Thibaud : Oui c’est un axe qu’on souhaite renforcer par notre présence. C’est un marché qui a un énorme potentiel avec l’axe New York-Paris le plus fréquenté du monde. Une chose est sûre, c’est que nous avons bien l’intention d’aller chercher des clients de l’autre côté de l’Atlantique ;).

Djaizati : Les acheteurs voyages s’interrogent sur les impacts de ce rapprochement sur l’offre Business de La Compagnie dont la qualité de service séduit beaucoup leurs voyageurs, pouvez-vous les rassurer sur ce point ?

Thibaud : Pas d’inquiétudes, la Compagnie reste la Compagnie avec tous ses services. Rien ne change à ce niveau-là. Si des changements venaient à s’opérer, ils n’auraient comme but que d’améliorer l’offre.

Djaizati : Le mot de la fin ?

Thibaud :  Il sera en images avec notre dernière campagne de publicité 🙂 :

Articles récents